Racines

20m 55s

"Le film se situe entre l’œuvre plastique et le documentaire, proche de Sokourov.
 On redécouvre les choses. C’est beau, puissant, fort, presque fantastique. J’ai été bluffé." Yves Caumon, cinéaste français. Nicolas Gayraud avait l'envie de traduire l’impermanence et l’acceptation. Il y a cette relation à ce qui est premier, primitif, élémentaire. Avec ses paysans et paysannes qui se fondent et se refondent dans l'originel. Cette nature primaire, enveloppante et prégnante. Voir moins

Commentaires Contenus associés

Commentez le programme

Rejoindre la discussion ...